Georges Mothron demande que le ramadan se passe dans le calme

ARGENTEUIL
 

Le Maire, Georges Mothron, demande que le ramadan se passe dans le calme

Cela s’était mal passé l’an dernier. Des "débordements", selon l’expression du maire LR, ont eu lieu durant la période du ramadan.
«Je me permettrai d’évoquer les débordements de l’an passé en appelant à la vigilance des autorités du culte musulman d’Argenteuil et en les invitant à transmettre avec conviction ce message d’apaisement et de tranquillité auprès de leurs fidèles, afin que les nuisances de l’an dernier (bruit jusque tard dans la nuit, pétards…) soient évitées au maximum.», lâche le maire dans son communiqué.

Pour conclure : «L’esprit de fête et l’esprit même du ramadan est sans nul doute celui du respect et de la tolérance, y compris, sinon surtout, envers les non-musulmans…»
Le communiqué


Georges Mothron

La protection des abeilles : un enjeu indispensable pour la préservation des espaces naturels gérés par le SIAH

ÉCOLOGIE
 

La protection des abeilles : un enjeu indispensable pour la préservation des espaces naturels gérés par le SIAH

Dans le cadre de ses missions, le SIAH a pour objectif le retour au bon état écologique des cours d’eau, et cela passe par la préservation de la biodiversité.

Cette volonté se traduit par l’arrêt de l’utilisation des pesticides sur l’ensemble des sites gérés par le SIAH et cela depuis plusieurs années.

Pour aller plus loin dans cette démarche, le SIAH a décidé d’installer, sur le site de la station de dépollution de Bonneuil-en-France, 4 ruches.

Cette initiative se réalise en partenariat avec l’UNAF (Association Nationale de l’Apiculture Française) dans le cadre du programme national : Abeille, sentinelle de l’environnement.

Le Syndicat Intercommunal pour l’Aménagement Hydraulique des vallées du Croult et du Petit Rosne est un groupement de communes et d’EPCI (établissement public de coopération intercommunale) créé en 1945, regroupe les 33 communes situées sur les deux bassins versants de la pointe Est du département du Val d’Oise et une Communauté d’Agglomération, soit environ 300 000 habitants.

Les deux missions principales du SIAH s’articulent autour de la lutte contre les inondations et contre la pollution.
La biodiversité est donc pour le SIAH un facteur déterminant pour le retour au bon état écologique des cours d’eau et des zones humides. Cette volonté se traduit concrètement par l’arrêt, depuis plusieurs années, de l’usage des pesticides sur l’ensemble des sites gérés par le SIAH et par une gestion basée sur la fauche sélective, par la renaturation des cours d’eau, par la conception de bassins de retenue écologiques vus, au-delà de leur fonction hydraulique, comme des réserves de biodiversité.

Protéger les abeilles et les pollinisateurs sauvages et adhérer au programme Abeille, sentinelle de l’environnement® s’inscrit de manière cohérente dans la politique menée par le SIAH, tout comme les actions de sensibilisation auprès des populations des communes adhérentes et les actions pédagogiques auprès des enfants, en matière de préservation de la biodiversité et des ressources en eau. Parmi les premiers syndicats d’assainissement à avoir été certifié ISO 14001, le SIAH et un des rares sites industriels à accueillir le grand public, notamment des groupes scolaires (3 à 4 classes par semaine).

Inauguration de l’installation des ruches, le 07/06/2016

SIAH, le site
Tout savoir sur le programme Abeille
L’UNAF, le site

Un commerçant peut-il refuser le paiement par chèque ou carte bancaire, voire par billets ?

CONSOMMATION
 

Un commerçant peut-il refuser le paiement par chèque ou carte bancaire, voire par billets?

On s’est tous posés la question, un jour : dans quelle mesure un commerçant, une grande surface, peuvent-ils refuser le paiement par carte bleue, chèque, voire billets ?

Disons le de suite : le commerçant a tous les droits, ou presque. Accepter la carte bleue à partir d’une certaine somme, refuser les chèques.

Seul le paiement en espèces est accepté, et encore peut-il vouloir refuser les billets trop gros, parfois en toute illégalité (*)

Il est donc libre d’accepter ou de refuser le paiement par chèque ou par carte bancaire.

Néanmoins, si un professionnel est affilié à un centre de gestion agréé, il est obligé d’accepter le règlement par chèque bancaire et d’en informer sa clientèle.
En savoir plus


(*) On trouve sur certaines caisses de supermarchés, la phrase affichée : "Les billets de 200€ et de 500€ sont refusés"
Le commerçant peut refuser un billet s’il est disproportionné par rapport à l’achat. Ex: payer avec un billet de 200€ ou 500€ un article à 1,50€.
Par contre, quand il déclare qu’il refuse catégoriquement de prendre les billets de 200€ et 500€, il est dans l’illégalité car selon l’article R.642-3 du Code pénal, est réprimé « le fait de refuser de recevoir des pièces de monnaies ou des billets de banque ayant cours légal en France selon la valeur pour laquelle ils ont cours »

Le témoignage de Noël (qui a porté plainte) : « Je suis arrivé avec mon chariot en caisse. Il y en avait pour 104,97 euros. J’ai tendu un billet de 200 euros. La caissière l’a refusé. Elle est allée chercher son responsable qui m’a dit que le magasin ne prenait pas de billet de 200 et 500 euros et que c’était affiché. C’est vrai qu’il y avait une affiche, mais j’estime que c’est totalement illégal ».


Billets de 500€, 200€ et 100€ & Commerçants : Je t’aime moi non plus
Payer en grosses coupures ou pièces jaunes : ce qu’il faut savoir
Un supermarché refuse les billets de 200 et 500 euros : il porte plainte
Bientôt des paiements par carte bancaire sans minimum d’achat