«300 migrants évacués de Paris vers le Val d’Oise : la charité médiatique ne fait pas une politique»


SAINT-PRIX
 

«300 migrants évacués de Paris vers le Val d’Oise : la charité médiatique ne fait pas une politique»

L’obligation faite aux maires de banlieue de recevoir 2000 migrants, dont 300 dans le Val d’Oise, fait réagir Jean-Pierre Enjalbert, le Maire de Saint-Prix :

«300 migrants vont être déplacés en catimini de Paris vers le Val d’Oise. La communication de la Mairie de Paris masque les efforts réalisés réellement par les maires d’Ile-de-France.

Après les beaux discours, à grand renfort de communication, pour vanter l’ouverture d’un futur centre d’accueil de réfugiés près du jardin d’Eole, la Mairie de Paris a décidé l’évacuation de 2 000 migrants vers la banlieue, dont 300 pour le Val d’Oise.
Encore une fois, les maires de banlieue vont devoir assumer seuls l’accueil de personnes démunis de tout alors même qu’ils ne cessent d’être stigmatisés par le gouvernement.

À Saint-Prix, ce sont près de 60 migrants afghans qui sont accueillis depuis plusieurs semaines. Et pourtant, notre commune est toujours contrainte de faire face à la baisse des dotations de l’Etat, aux hausses de charges (rythmes scolaires, point d’indice des fonctionnaires…) et aux fortes contraintes de la loi SRU qui oblige à construire toujours plus de logements sociaux. Sans reconnaître l’effort sociétal que représente l’accueil des populations les plus vulnérables.

Pendant combien de temps, les maires d’Ile-de-France, devront-ils continuer à assumer sur le terrain les beaux discours des élus parisiens ?

Quand le gouvernement se décidera-t-il à traiter le problème des migrants bien en amont, au niveau international et national ?

La charité médiatique ne fait pas une politique, elle cache au contraire la réalité et les difficultés. Il est temps d’agir.»

Jean-Pierre Enjalbert
Maire de Saint-Prix


La maire de Saint-Gratien a annoncé son boycott des «magasins qui emploient des femmes voilées»

SAINT-GRATIEN
 
La maire de Saint-Gratien a annoncé son boycott des «magasins qui emploient des femmes voilées»

La maire de Saint-Gratien, Jacqueline Eustache-Brinio (LR), aussi Conseillère régionale, a prévenu sur sa page Facebook qu’elle boycottera tous les magasins qui emploient des vendeuses voilées.

« Je sais que je vais encore déranger, mais au nom des combats qui me sont chers : l’égalité homme/femme, la lutte contre tout ce qui rend les femmes invisibles, la laïcité, le soutien aux femmes qui refusent de porter le voile, j’ai décidé de boycotter tous les magasins qui m’imposent des vendeuses et des caissières voilées, le premier de cette liste : La Grande Récré à Argenteuil », écrit Jacqueline Eustache-Brinio, le 5 juin dernier. La Grande Récré est un magasin qui vend des jouets pas chers.

Et d’ajouter : « Depuis mon post concernant "La Grande Récré", je veux juste dire à ceux me traitent de raciste, d’islamophobe, de fasciste… que j’assume mon combat pour la liberté des femmes, la défense de la République laïque, la laïcité. Nous sommes dans un pays où la liberté d’expression et de pensée est une chance alors J’AI LE DROIT DE DIRE CE QUE PENSE sans être insultée. Ceux qui me connaissent savent quel est le sens de mes combats sans compromis, sans langue de bois. Je refuse l’idée de me taire sous les insultes. La vie continue…»

De quoi faire réagir les Gratiennoises, à l’instar de Marie Thérèse :
«Nous sommes 20.000 Gratiennois. Les chiffres ont fait clairement paraître que nous sommes nombreux à approuver vos idées, vos actions, réactions. Il n est pas question de racisme mais de laïcité. Nous approuvons vos propos et sommes à vos côtés. Ne changez pas toujours fidèle à vos convictions et nous avec vous.»
Ou Katie :
«Bravo et merci de votre engagement vous êtes une belle personne que nous avons rencontrer pour notre association ( mon âme sœur) et votre soutien dans notre combat pour les victimes de violence conjugal est très précieux . Donc merci madame de continuer et de ne rien lâcher pour que la condition des femmes avance dans une perpective meilleur , vous avez tout mon soutien et ma profonde admiration…»

«Un problème juridique de taille»
Boycotter car les vendeuses sont voilées, «un problème juridique de taille», selon le site musulman saphirnews.com, qui estime «qu’une telle attitude pourrait être analysée comme une discrimination ou, à tout le moins, compte-tenu du leadership public qu’elle exerce, une incitation à la discrimination.»

Mme la maire ne manquera certainement pas d’éviter les magasins Action, qui eux aussi emploient des caissières voilées.