Des stations de covoiturage dans le Val d’Oise

 

Après Chars, qui fut la première commune rurale de France à être équipée d’une station de covoiturage, en janvier dernier, inaugurée en mars dernier (en présence de plusieurs élus du département, le président Arnaud Bazin, ainsi que Gérard Seimbille, Philippe Rouleau, et Yannick Boëdec), c’est au tour de Marines et Osny de s’équiper de ces stations de covoiturage, depuis octobre 2016.

Comment ça marche ?
Comme l’explique lepetitcharsien, pour trouver une voiture qui veuille bien vous prendre, il suffit à l’usager de se présenter à une station et de saisir la destination souhaitée sur la borne.

Si le temps d’attente estimé et si les frais de participation lui conviennent, il règle par carte bancaire. Un ticket de transport lui est remis tandis que, sur un grand panneau lumineux en bord de route, un message mentionnant la destination, le nombre de passagers et le gain pour le conducteur apparaît pour alerter les automobilistes.

N’importe quel conducteur peut alors s’arrêter et charger le passager. Ce dernier lui remet le ticket de transport qui sert de contremarque. La séquence codée inscrite sur le ticket permettra au conducteur de se faire rembourser en se rendant sur le site Internet de Covoit’ici.

Des tarifs en fonction évidemment du trajet, mais qui restent de l’ordre de 0.50€, 0.90€…

De quoi gagner du temps, quand les bus ne sont pas toujours au rendez-vous, quand parfois seulement un bus par heure.


COVOIT’, la station de covoiturage connectée.
Covoit’ici : comment ça marche, la vidéo
les premières stations de covoiturage en France ont été ouvertes à Chars et aux Mureaux
Covoit’ici : Inauguration de la borne à Chars par le président du Conseil départemental, Arnaud Bazin

Recevoir chaque nouvel article par email

Publicités